Bienvenue sur le site intermodalite.com. Afin de faciliter vos recherches, nous avons classé les commentaires par catégories « derniers commentaires » et « derniers sujets commentés ». Vous pouvez réagir instantanément en déposant un commentaire & appliquer une notation à l’article.

Commentaires, réactions & échanges

  1. 24
    avr

    ALSTOM : Offre de rachat de Général Electric ?

    Note 2.88/5 (66 votes)
    Posté par intermodalite.com, 24-04-2014 à 10:34 | Commenter | nb:7 nombre de commentaires
    ALSTOM : Offre de rachat de Général Electric ?

    Epreuve de vérité pour Alstom qui ne peut être soutenu par l’Etat exsangue, autant qu’il ne le fût par le passé. Les développements de produits Alstom se sont peu à peu décalé des silhouettes techniques et des prix de marché du ferroviaire mondial. Les commandes gonflées en particulier par la SNCF et les collectivités ne suffisent plus au niveau national à compenser le manque de [...] réussite commerciale d’Alstom sur le marché international. Malgré des commandes généreuses et massives de TGV d’ancienne génération(Duplex rebaptisés Euro duplex), livrables jusqu’en 2020, la France seule ne peut compenser le manque de réussite à l’exportation qui n’a pas encore permis d’amortir les chaînes de production. Ces TGV conçus en fin des années 80 seront à maintenir en exploitation jusqu’en 2050 ou 2060 pour les derniers livrés. Ces matériels d’une autre époque et toujours en cours de livraison et sont affublés de primes de vétustés significatives pour compenser l’utilisation de composants désuets. C’est ainsi que s’achève un soutien artificiel de la SNCF et des collectivités à un constructeur qui a défaut des matériels véhicule de l’image. Sans secours possible, Alstom est devenu vulnérable et devient « O.P.able » pour ses secteurs porteurs dont l’énergie. Le ferroviaire peu performant serait écarté par l’offre de Général Electric semble souhaiter racheter ce constructeur pour renforcer ses divisions. Une telle situation confirme qu’Alstom dispose de compétences d’avenir intéressantes mais pas dans le ferroviaire. Les majors du secteur que sont Siemens ou Bombardier pourraient par opportunité soutenir l’offensive.
    ----------------------------------------------------------
    Les marchés attentifs aux rumeurs de rachat d'Alstom
    Le Figaro 24/04/2014
    General Electric serait prêt à débourser plus de 9,4 milliards d'euros (13 milliards de dollars) pour acheter Alstom, un des derniers fleurons de l'industrie française, lourdement pénalisé par la chute des marchés de l'énergie en Europe.
    Selon l'agence Bloomberg, GE aurait déjà approché le gouvernement français. En offrant plus de 9,4 milliards d'euros, le plus grand groupe industriel américain est ainsi prêt à payer 25 % de plus que la valeur boursière d'Alstom. Les deux groupes pourraient annoncer cet accord « dès la semaine prochaine », selon des personnes proches du dossier citées par Bloomberg.
    D'après « Le Figaro » ce rapprochement opérerait en fait « exclusivement sur les activités énergie » d'Alstom, qui représentent « 70 % » du chiffre d'affaires du groupe, et non sur sa branche transport — celle qui fabrique les TGV.
    Alstom a réagi, « en réponse à certaines spéculations récemment relayées dans la presse économique », en affirmant ne pas être « informé d'aucun projet d'offre publique visant son capital »
    « Le groupe revoit en permanence ses options stratégiques sur ses différents métiers. Alstom a prévu de communiquer le 7 mai ses résultats annuels et de faire, à cette occasion, un point sur les perspectives de ses différentes activités. »
    Preuve que ces rumeurs sont prises au sérieux, l'action d'Alstom s'envolait à Paris, bondissant de 13,87 % dès l'ouverture. Le gouvernement, par la voix du premier ministre Manuel Valls, n'a pas souhaité commenter cette « rumeur », mais a dit suivre « le dossier avec attention ».
    BOUYGUES MUET
    Toujours selon Bloomberg, l'opération aurait reçu « le soutien » du groupe Bouygues, devenu l'actionnaire de référence d'Alstom après avoir racheté la part détenue par l'Etat en 2006. Bouygues, qui détient 29,4 % d'Alstom, a déjà indiqué qu'il allait déprécier lourdement la valeur de cette participation dans son bilan. Bouygues n'a pas commenté ces informations, se contentant de renvoyer au communiqué d'Alstom.
    Les comptes du groupe de BTP en 2013 ont ainsi été affectés par une dépréciation de 1,4 milliard d'euros, qui a ramené à 3,1 milliards la valeur des titres Alstom dans les livres de Bouygues.
    En novembre, Patrick Kron, PDG d'Alstom, avait annoncé la suppression de 1 300 emplois en Europe, dont une centaine en France, sans exclure d'aller plus loin si la situation l'exigeait. Alstom emploie au total 93 000 personnes, dont 18 000 en France et 9 000 en Allemagne. Outre le plan de restructuration, M. Kron avait créé la surprise en annonçant la vente à des partenaires financiers ou industriels d'une part d'Alstom Transport, la division qui fabrique notamment les rames de TGV.
    -------------------------------------------------------------
    Après Lafarge et Peugeot, le contrôle d’Alstom risque de passer à l’étranger. Cette évaporation des décisions du territoire Français atteste de la fragilité de l’économie. La cotation de Standard en Poors sur la note souveraine de la France qui n’affiche qu’une stabilité du AA à court terme prend en compte la caution illimitée de l’Etat sur la SNCF qui pèse déjà dans la décision.
    http://www.claraco.com | EN SAVOIR PLUS | LIRE L'ARTICLE | RETOUR

    Catégorie : Transport voyageur | Origine de l'article : intermodalite.com
  1. commentaire Posté par bbxwHnea, 02-06-2014 à 14h37

    I'd be among those suggesting that a perluy technological interpretation of innovation is far too narrow to be of any particular use in the climate change debate. Clearly, social and institutional innovations are hugely important as well. To be fair to Mixner, technical innovations' are the focus of Manzi's post (and Noah Millman's original post before that). However, as we all risk getting bogged down in semantics I'd rather address Mixner's general comment on stabilizing atmospheric GHG concentrations. Yes, it's true that per capita emissions will have to be much lower in the future than today if we take the mainstream scientific view as gospel. However, the fact that we adopt low-hanging efficiency measures first (e.g. using public transport and other lifestyle changes) is entirely consistent with basic economics. These represent the easiest marginal gains to be had, while more advanced steps will come once the carbon price is high enough. I also support the observations of other readers here, in that we have indeed seen some notable technological advancements coming out of Europe. I'd emphasise an additional point (that some have implicitly made above): Much of technology is freely available in the USA and has been for some time. Useful innovation must, of course, have an element of adoption about it If higher prices encourage the wider use of carbon-reducing technologies from previous decades; goal achieved, i'd say.

  2. commentaire Posté par Numbers, 26-04-2014 à 15h00

    Quels scénarios alternatifs possibles pour Alstom ?
    Par Veronique Le Billon | 25/04 | 15:39 |
    Après l’annonce de discussions entre General Electric et Alstom, le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg a indiqué que « le gouvernement travaille à d’autres solutions et éventualités ». Passage en revue des options possibles.
    Il y a quelques mois, le gouvernement a commandé au cabinet de consultants Roland Berger un audit sur la situation d’Alstom et ses options stratégiques. -
    Rester seul. Alstom publiera le 7 mai les résultats annuels de son exercice clos fin mars. Ils ne seront pas exceptionnels : sur les neuf premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires du groupe a cédé 1 %, à 14,5 milliards d’euros, tandis que le carnet de commandes a reculé de 12 %, à 15 milliards d’euros. « Alstom ne peut pas tenir, il est trop petit dans tous ses métiers », tranche un très bon connaisseur d’Alstom. Malgré sa position de leader sur de nombreux marchés, le groupe serait en quelque sorte le symbole de l’industrie française : un positionnement trop milieu de gamme, des produits qui deviennent trop chers par rapport à la concurrence, estime un consultant. Et si le marché mondial de l’énergie et du transport ferroviaire reste porteur à moyen terme, la conjoncture dégradée en Europe fragilise financièrement le groupe, alors même que se profile la concurrence des pays émergents. Les syndicats s’inquiètent de l’endettement d’Alstom, qui devient très coûteux et qui se traduit par des programmes récurrents d’économies et de suppressions d’effectifs.

    Une augmentation de capital par l’Etat. Il y a quelques mois, le gouvernement a commandé au cabinet de consultants Roland Berger une étude sur la situation d’Alstom, pour évaluer sa position sur ses différents marchés et ses options stratégiques, avait révélé « Les Echos ». « Alstom n’est pas au bord du gouffre, résumait-on alors au gouvernement, mais le groupe doit prendre des décisions stratégiques pour son futur » (« Les Echos » du 18 février). Dans ce cadre, l’idée d’une arrivée de l’Etat, via une augmentation de capital, était clairement évoquée. Mais cette option était rejetée par Alstom, qui soulignait qu’elle n’était « pas du tout à l’ordre du jour ». Il faudrait en outre que le conseil d’administration d’Alstom soit favorable à une telle option. Une autre option serait de faire entrer la galaxie publique avec la Banque publique d’investissement et la Caisse des dépôts et consignations.

    Un partenariat avec un industriel français. Les chemins d’Alstom et Areva se sont souvent croisés : en 2003, à l’occasion de l’augmentation de capital d’Alstom par l’Etat, l’équipementier avait cédé sa division Transmission et distribution (T&D) à Areva. Sept ans plus tard, Areva revendra cette activité à... Alstom pour la partie transmission (devenue sa division « Grid ») et à Schneider pour le volet distribution. Ces derniers mois, Areva, en difficulté sur ses activités des énergies renouvelables, a aussi regardé si une alliance n’était pas opportune avec Alstom dans l’éolien en mer, très gourmand en capitaux. Avant de renoncer, pour cause d’absence de synergie technologique. Areva s’est finalement allié avec l’espagnol Gamesa. Parmi les autres partenaires industriels possibles, certains évoquent Safran pour la branche Energie -mais GE est déjà en partenariat avec Safran sur les moteurs d’avion, ce qui compliquerait grandement la situation. Ou Thales pour les transports.

    Une alliance avec Siemens. Le groupe allemand Siemens surveille de près les discussions entre GE et Alstom, deux de ses grands concurrents tant dans le transport que dans l’énergie. En novembre dernier, lorsque le PDG d’Alstom Patrick Kron avait annoncé le projet de vente d’une part minoritaire d’Alstom Transport, le groupe avait démenti l’option Siemens. « Cela n’aurait aucun intérêt », avait tranché Patrick Kron (« Les Echos » du 7 novembre). Patrick Kron avait déjà rejeté l’idée d’un « Airbus du rail » avec Siemens. Depuis, faute de trouver un repreneur, le groupe a penché pour une introduction en Bourse de sa branche Transport, ce qu’a à nouveau soutenu Patrick Kron devant les syndicats ce matin. Quant à une association avec Siemens dans l’énergie, elle se heurterait probablement à des problèmes de concurrence, les deux groupes étant fortement présents en Europe. « Le gouvernement a cherché une solution alternative il y a plusieurs mois et il n’a pas trouvé. La seule était un rapprochement avec Siemens par échange d’actifs et cela aurait conduit à un bain de sang social », plaide aujourd’hui une source proche des discussions. Un scénario plus exotique évoqué par certains aujourd’hui serait celui d’une vente à un groupe japonais comme Hitachi ou Mitsubishi. Mais on voit mal alors pourquoi se rapprocher d’un groupe japonais et pas d’un groupe américain.
    V. L. B. et A. D.

  3. commentaire Posté par Numbers, 26-04-2014 à 12h09

    Et voila Alstom en gare de triage.
    Le bon blé à GE et l'ivraie (Le Ferroviaire) aux français qui seuls sont capable de persévérer dans des achats de modèlesdu siècle dernier grévés par des surprimes de vétustée et du social trés politique.



    De quoi achever le ferroviaire à la française....


    Le rachat d'Alstom par General Electric bouclé dimanche ?

    LE MONDE | 26.04.2014 à 09h38 • Par Cédric Pietralunga, Isabelle Chaperon et Philippe Jacqué

    Ce n'est pas encore un Blitzkrieg mais cela y ressemble de plus en plus. Partiellement révélé mercredi 23 avril par l'agence Bloomberg, le projet de rachat par l'américain General Electric (GE) des activités énergie d'Alstom, qui représentent près des trois quarts de l'activité du français, s'accélère.

    Selon nos informations, le « deal » pourrait être bouclé dès dimanche 27 avril par Patrick Kron, le PDG de l'industriel tricolore, et annoncé lundi 28 avril au matin, avant l'ouverture de la Bourse de Paris et la reprise de la cotation du titre Alstom, suspendue vendredi à la demande de l'Autorité des marchés financiers.

    Lire aussi : L’Etat s’invite dans les discussions entre Alstom et General Electric

    Alors qu'un premier conseil d'administration du fabricant tricolore de turbines et de TGV s'est tenu vendredi après-midi à Paris, un second est programmé dimanche après-midi. Celui-ci pourrait s'avérer décisif.

    LE PATRON DE GENERAL ELECTRIC À PARIS DIMANCHE

    Le patron de GE, Jeffrey Immelt, qui a succédé en 2001 au célèbre Jack Welch, est attendu dans la capitale dimanche, afin de poursuivre les discussions entamées avec la direction d'Alstom et rencontrer certains des principaux administrateurs du groupe. M. Immelt devrait également être reçu par Arnaud Montebourg, le ministre de l'économie, et peut-être François Hollande à l'Elysée, ou Manuel Valls, le premier ministre, si celui-ci est revenu à temps de Rome, où il doit assister à la messe de canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II.

    « Kron veut clairement prendre de vitesse le gouvernement et boucler l'opération le plus vite possible, afin d'éviter qu'elle ne soit remise en cause », décrypte un proche des négociations pour expliquer cette accélération du calendrier.

    Vidéo suggérée sur le même sujet

    Alstom/General Electric : le gouvernement français en vigilance orange

    L'intér t du conglomérat industriel américain General Electric pour le fran ais Alstom, équipementier des secteurs de l'énergie et des transports est bien réel. Selon certaines sources proches du dossier, Alstom et General Electric sont m me tombés d'accord pour que le second rach te au premier ses activités dans le secteur de l'énergie; Bouygues, l'actionnaire principal d'Alstom soutenant la transaction. Arnaud Montebourg, le ministre fran ais de l'Economie a lancé vendredi un appel la vigilance patriotique, rappelant la préoccupation du gouvernement Valls en mati re d'emploi notamment. Car Alstom c'est 93.000 salariés dans le monde dont 18.000 en France. Secundo, la branche énergie d'Alstom qui intéresserait l'américain a généré pr s des trois quarts du chiffre d'affaires du fran ais pour l'exercice 2012-2013. Le gouvernement fran ais est donc en droit de s'intéresser cette transaction dont l'issue semble imminente. On fera également remarquer que l'américain General Electric est certainement le groupe le plus fran ais des groupes étrangers implantés en France ou il emploie pour sa part 10.000 personnes. La cotation du titre Alstom a été suspendue vendredi matin la bourse de Paris.

    1:5

    Interrogé vendredi par Le Monde, M. Montebourg a, il est vrai, indiqué que « le gouvernement travaille à d'autres solutions et éventualités que celles imaginées seules et sans que le gouvernement n'en ait été informé par Alstom ». Manière de dire que Patrick Kron, dont l'intransigeance est connue, n'est pas soutenu par l'exécutif et que sa précipitation est moyennement appréciée.

    LA PISTE D'UNE ALLIANCE AVEC SIEMENS

    Selon nos informations, David Azéma, le directeur général de l'Agence des participations de l'Etat, tenterait de réactiver en urgence plusieurs pistes explorées ces derniers mois par Bercy pour venir en aide à Alstom, en proie à d'importantes difficultés.

    L'une d'elle serait une alliance ou une fusion de certaines activités avec l'allemand Siemens, afin de créer la « grande entreprise franco-allemande pour la transition énergétique » souhaitée par François Hollande lors de sa conférence de presse du 14 janvier.

    Le hic ? La direction d'Alstom ne veut pas entendre parler de cet « Airbus de l'énergie ». « Kron préférerait se faire brûler sur un bûcher plutôt que de s'allier avec Siemens, assure un de ses proches. Pas par antigermanisme, mais parce que ce serait un massacre social et le démantèlement à terme d'Alstom, tant les activités des deux groupes sont redondantes. »

    Selon différents interlocuteurs, d'autres pistes seraient également envisagées, notamment pour réduire le périmètre des activités cédées et limiter l'impact, très symbolique, de la cession à GE.

    La division « réseaux et distribution d'électricité », qui représente 19 % des 20,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires d'Alstom, pourrait être proposée à Schneider Electric. De même, les éoliennes off-shore, dont le Français est l'un des principaux promoteurs, pourraient être récupérées par Areva.

    TRACTATIONS SUR L'ÉOLIEN OFFSHORE

    Certains poussent également pour que GE fasse des concessions afin de rendre le « deal » acceptable. Selon nos informations, des négociations se seraient engagées entre Clara Gaymard, la présidente de GE en France, et M. Montebourg, lors d'une rencontre à Bercy vendredi soir.

    L'un des principaux sujets de discussion porterait, outre la garantie de l'emploi dans les usines en France et l'engagement d'y mener des investissements, sur la localisation de plusieurs centres de décision de General Electric.

    D'après un proche des négociations, le géant du Connecticut serait prêt à implanter en France le siège de ses activités éoliennes offshore. De même, il accepterait de localiser à Paris certains centres de décision actuellement situés dans d'autres pays européens.

    A Bercy, on souligne d'ailleurs que ce n'est pas la qualité de General Electric qui est en cause. Partenaire de longue date de Safran, le groupe américain emploie 11 000 personnes en France et a installé son siège européen à Belfort.

    Jean-Pierre Chevènement, sénateur MRC du Territoire de Belfort, a néanmoins indiqué, dans une lettre adressée vendredi à M. Valls, que la cession de la branche énergie d'Alstom « porterait un coup fatal à l'indépendance de notre filière électronucléaire ». L'ex-ministre a également fait valoir que General Electric, « s'il a dans un premier temps développé ses fabrications à Belfort, tend aujourd'hui à relocaliser une part de ses fabrications aux Etats-Unis ».

    Résultat : un certain flottement régnait samedi matin du côté de l'exécutif. « Soit l'Etat fait casser le deal mais laisse Alstom dans la panade faute de solution, soit il accepte l'offre de GE mais donne l'impression de brader un fleuron tricolore aux Américains », résume un conseiller. Gouverner, c'est choisir, disait Pierre Mendès France…

  4. commentaire Posté par Emile, 25-04-2014 à 17h35

    ALSTOM : « Generalstom Electric » ? Alstom Transport ? Quoi d’autre ?

    25/04/14 à 17:04 - Investir.fr

    Un conseil d’administration se tient a priori chez Alstom vendredi pour évoquer une opération industrielle. Rachat de tout ou partie par General Electric ? Les choses sont-elles allées trop loin pour revenir en arrière ou y a-t-il des solutions alternatives ?
    « Generalstom Electric » ? Alstom Transport ? Quoi d’autre ? | Crédits photo : ALSTOM Transport / R.Santonja « Generalstom Electric » ? Alstom Transport ? Quoi d’autre ? | Crédits photo : ALSTOM Transport / R.Santonja

    Dans les prochains jours, faudra-t-il dire « Generalstom Electric » ? C’est ce que les opérateurs ont tout d’abord été tentés de croire hier, avec une hausse de plus de 10% en clôture de l’action du groupe d’infrastructures d’énergie et de transport, en réaction à une information de l’agence Bloomberg évoquant un intérêt du conglomérat américain General Electric.

    L’agence est même allée plus loin. Jusqu’à évoquer un montant de 13 milliards de dollars, soit 9,4 milliards d’euros, correspondant à une prime de 25% par rapport aux derniers cours d’Alstom. Bien peu diront certains au vu de la dégringolade du titre depuis de nombreux mois, sur fond de craintes sur la situation financière de l’entreprise, en particulier sur le niveau de la trésorerie. Sur un an et malgré la hausse de jeudi, le titre perd encore plus de 12% quand le Cac 40 gagne 16%. Et on se souvient qu’à la mi-2008, l’action valait 80 euros, contre moins de 30 aujourd’hui.

    Hier, c’était no comment de toutes parts, même de Bouygues, premier actionnaire d’Alstom avec 29,3% du capital. Tout du moins dans l’immédiat, la direction du fabricant de TGV et de turbines déclarant par la suite par voie de communiqué ne pas avoir été informée d’une quelconque offre.
    Une opération industrielle en discussions

    Ce vendredi après-midi, pourtant, se tient a priori un conseil d’administration qui doit très vraisemblablement, bien qu’aucun ordre du jour n’ait filtré, traiter du sujet. De là à penser qu’en l’espace de 24 heures GE soit entré en contact avec Alstom en vue de négociations potentielles, il n’y a qu’un pas.

    Les termes de l’opération ont, eux aussi, peut-être évolué par rapport aux informations initiales de Bloomberg. Selon d’autres sources, émanant de Reuters cette fois, « GE est intéressé par un rachat des activités Energie et Grid d'Alstom au niveau mondial », « les discussions avancent à grand pas, la structure du deal est définie et tout est presque prêt », enfin « ce serait une très grosse cession d'actifs, c'est l'ensemble du périmètre de la partie énergie (qui serait vendu, ndlr). » Lors du dernier exercice 2012-2013, la branche énergie d’Alstom a représenté les trois quarts des 20,3 milliards de chiffre d’affaires du groupe. Une opération industrielle est en discussions, a déclaré quoiqu’il en soit vendredi son PDG, Patrick Kron, aux syndicats du groupe.
    Des actions « Transport » et du cash ? Un autre partenaire ?

    Ce qui fermerait, en tout cas, une autre piste, plus européenne cette fois. Selon Le Monde, le cabinet de stratégie Roland Berger a transmis en début d’année un rapport à Bercy recommandant de resserrer les liens entre Alstom, Areva, Schneider Electric ou Siemens. On se souvient que, en 2003, lors de l’augmentation de capital autorisée par l’Etat, Alstom avait cédé sa division Transmission et Distribution (T&D) à Areva. Et en 2010, ce dernier revendra cette activité au même Alstom pour la partie transmission et l’autre à… Schneider. Une solution « à la PSA Peugeot Citroën », avec augmentation de capital et constitution d’un tour de table, aurait également été envisagée.

    En cas d’accord avec GE, resterait donc Alstom Transport, qui devait initialement faire l’objet d’une cession de titres à un partenaire ou d’une introduction en Bourse. On pourrait désormais davantage imaginer, pour l’actionnaire, qu’il reçoive une action de la branche Transport et une soulte pour la cession de l’Energie. Ce n’est qu’un exemple.La réponse très bientôt.

    Denis Lantoine (@dlantoine)

  5. commentaire Posté par Id, 25-04-2014 à 17h22

    Paris (AFP) - Le gouvernement est intervenu vendredi dans le dossier d'une possible reprise du fleuron industriel français Alstom par le géant américain General Electric, le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg indiquant travailler "à d'autres solutions" et affichant sa "vigilance patriotique".

    Une clarification était également attendue du côté d'Alstom lui-même. Son cours de Bourse a été suspendu vendredi à la demande de l'Autorité des marchés financiers (AMF), dans l'attente de la publication d'un communiqué par le groupe dirigé par Patrick Kron.



    Dès les premières fuites dans la presse mercredi soir, avec la révélation par l'agence Bloomberg d'un projet de reprise, les analystes avaient souligné le caractère politiquement sensible du dossier: qu'allait dire Paris du possible passage sous pavillon américain d'un géant industriel français, présent sur des secteurs stratégiques de l'énergie et du transport?

    La réponse est finalement venue vendredi matin du ministre de l'Economie et du Redressement productif Arnaud Montebourg.

    "Le gouvernement travaille à d'autres solutions et éventualités que celles imaginées seules et sans que le gouvernement n'en ait été informé par Alstom", a tancé le ministre chargé de l'industrie dans une déclaration au Monde.

    - "Symbole de notre puissance industrielle"-

    "Alstom est le symbole de notre puissance industrielle et de l'ingéniosité française. Dans ce dossier Alstom, le gouvernement exprime une préoccupation et une vigilance patriotiques", a fait valoir M. Montebourg.

    Il s'est notamment inquiété du "risque sérieux de perte d'un centre de décision" et du "nombre d'emplois perdus ou créés dans de telles opérations" alors que son action vise à renforcer les industries présentes sur le territoire français.

    Sollicité par l'AFP, l'entourage du ministre n'a pas souhaité faire de commentaire sur les autres scénarios envisagés. Mais M. Montebourg a eu jeudi "une discussion franche" avec Patrick Kron et une rencontre est également prévue "prochainement" entre le Premier ministre Manuel Valls, M. Montebourg et le patron de General Electric Jeffrey Immelt.

    Selon deux sources proches du dossier, confirmant une information du Figaro, les "discussions" portent sur la reprise des activités liées à l'énergie d'Alstom (équipements pour centrales thermiques, lignes à haute tensions, énergies renouvelables, soit les divisions "Power" et "Grid"). Ce qui exclut la division ferroviaire avec ses métros et ses trains, dont l'emblématique TGV.

    "Alstom est tout à fait désireux de faire cela", a assuré vendredi à l'AFP une source proche du dossier. Selon une information de l'agence Bloomberg, non confirmée par Alstom, un conseil d'administration du groupe doit se tenir vendredi.

    Ce gros morceau d'Alstom (plus de 70% du chiffre d'affaires, soit plus de 14 milliards d'euros) serait valorisé quelque 10 milliards d'euros, sans "tenir compte de la trésorerie" du groupe français, a affirmé vendredi le journal Le Monde.

    Pour l'Etat, Alstom est un sujet d'importance: s'il n'est plus actionnaire depuis 2006, il a été l'artisan de son sauvetage et de sa survie en 2003-2004, alors qu'Alstom était au bord de la faillite. Déjà à l'époque, Paris avait bataillé, avec Bruxelles principalement, pour éviter un dépeçage.

    L'opération suivrait aussi le mariage avec des groupes étrangers d'autres fleurons français, comme Publicis/Omnicom dans la publicité et Lafarge/Holcim dans le ciment.

    Environ la moitié des 18.000 employés d'Alstom en France travaillent pour les divisions liées à l'énergie, selon le site internet du groupe, avec de grands sites à Massy-Palaiseau, Belfort, La Courneuve, Villeurbanne ou encore Aix-Les Bains.

    Dans le monde, plus des deux tiers des effectifs totaux d'Alstom (environ 93.000 personnes) sont concernés par ces activités.

    Si la carte du "patriotisme économique" s'avérait décisive, General Electric peut se targuer de sa forte implantation en France, avec 11.000 employés et un siège régional à Belfort, après le rachat en 1999 d'activités à... Alstom.

    L'assise industrielle et financière du groupe américain, une des plus grandes entreprises au monde, permettrait également de régler les problèmes de "taille critique" d'Alstom, alors que le groupe français connaît de nouveau d'importantes difficultés.

    Celles-ci concernent justement en premier lieu l'activité énergie, pénalisée par le manque d'investissement dans les infrastructures électriques en Europe. Ainsi que par les flux de trésorerie négatifs d'Alstom, ses "cash flow", qui inquiètent les marchés.

    Quant à GE, qui se détourne de sa branche financière GE Capital, il accentuerait son virage stratégique vers l'industrie. D'autant que le groupe a un trésor de guerre colossal, notamment situé dans ses filiales hors des Etats-Unis.

    "C'est un projet industriel qui peut avoir du sens", a commenté vendredi le commissaire européen aux Marchés intérieurs et aux Services, Michel Barnier.

  6. commentaire Posté par Numbers, 25-04-2014 à 17h08

    Si en plus d'Alstom, GE pouvait reprendre la SNCF, la France pourrait être sauvée....

Robert & Gilles CLARACO Fondateurs du portail de l’intermodalité intermodalite.com