Bienvenue sur le site intermodalite.com. Afin de faciliter vos recherches, nous avons classé les commentaires par catégories « derniers commentaires » et « derniers sujets commentés ». Vous pouvez réagir instantanément en déposant un commentaire & appliquer une notation à l’article.

Commentaires, réactions & échanges

  1. 04
    mars

    Barcelone – Toulouse : Un test pour le marché

    Note 2.69/5 (273 votes)
    Posté par CG, 04-03-2013 à 17:18 | Commenter | nb:4 nombre de commentaires
    Barcelone – Toulouse : Un test pour le marché

    Dès cette année, la RENFE va faire redécouvrir la France à ses TGV Alsthom de première génération. Ces rames S100 qui sont des sœurs des TGV Atlantiques sont en effet le modèle le plus adapté pour faciliter leur acceptation sur le réseau Français. Après équipement des dispositifs de sécurité et d’alimentation français, les rames rénovées sont en cours d’homologation en [...] France. Dix rames sont concernées et elles seront engagées au départ de Barcelone vers Lyon, Marseille et Toulouse. Cette liaison quotidienne Barcelone – Toulouse sera un test grandeur nature du marché tant expliqué par le Conseil Régional midi – Pyrénées et Eurosud transport. Reste à transformer l’essai.
    Toutes les pertinences pour soutenir ce nouveau service sont en place. Un départ matinal ôtera tout attrait à la ligne Toulouse – Puigcerdá – Barcelone déjà dégradée par une rupture des correspondances avec le train de nuit Latour de Carol – Paris. Le but étant de ne pas polluer les services TGV en gestation, ce qui permettra de déclasser définitivement Toulouse – Puigcerdá – Barcelone aux services Régionaux. Sans concurrence ferroviaire, le service AVE devra toutefois prouver sa pertinence face aux lignes régulières d’autobus opérées par ALSA et Eurolines à des prix attractifs. Le juge de paix pour valider une LGV se met en place.
    En haut des Pyrénées, au carrefour de la Cerdagne, de la Catalogne et de l’Andorre, le chemin de fer transpyrénéen conserve tous ses attraits hiver comme été. Déjà purgé scientifiquement des voyageurs en transit, le fond de clientèle restant est parfaitement stable et insensible aux attraits de la grande vitesse Eurosud. Une fonction insoupçonnée restera à confirmer pour le passage via Puigcerdá par l’attrait d’une offre économique à laquelle sont sensibles jeunes et classes moyennes. Traverser les Pyrénées dans le manège Transpyrénéen est un voyage touristique enchanteur dont peu de lignes en Europe peuvent se prévaloir.
    Ceux qui voudront un voyage de qualité feront vivre cette ligne à redécouvrir à la vitesse d’une croisière. Andorre n’est pas la seule oubliée du réseau à Grande Vitesse. Sur le schéma proposé Narbonne non plus n’a pas fait le poids.
    http://www.claraco.com | EN SAVOIR PLUS | LIRE L'ARTICLE | RETOUR

    Catégorie : Transport voyageur | Origine de l'article : intermodalite.com
  1. commentaire Posté par iD, 12-03-2013 à 17h31

    Le problème des coupes n'est pas tranché car c'est une exploitation RENFE et pour la positionner par des agents RENFE, l'opération de fait sur le segment d'échange du faisceau international et non sur une installation SNCF-RFF. Je pense que c'est pour cela qu'il y a des incohérences horaires et que le protocole de la coupe à Narbonne n'est pas encore acquis par RENFE.

  2. commentaire Posté par BHNS.Ouest.Free.Fr, 11-03-2013 à 22h34

    Bonjour et merci pour ces informations,

    Effectivement s'il y a deux tranches à séparer (dommage que ça ne soit pas évoqué dans l'article!), autant que ce soit fait à Narbonne (donc en desservant aussi cette ville) plutôt qu'à Perpignan pour ensuite occuper deux sillons et sauter Narbonne!?

    Par ailleurs il y a des choses troublantes dans les horaires mentionnés dans l'article :

    1. Les Tlse-Bcln sont beaucoup plus lents que les Bcln-Tlse, une idée d'explication?

    2. Et ce alors que le Tlse-Bcln en 3h21 ne s'arrête que 3 minutes à Perpignan, alors qu'un Bcln-Tlse met 3h06 en tout, en s'arrêtant pourtant 9 minutes à Perpignan!

    3. Enfin, si les deux tranches sont également réunies à Perpignan, accrocher deux TGV en 3 minutes, c'est plus rapide que ce qu'on observe généralement, non?

    Cordialement

  3. commentaire Posté par Ze une tite idée, 11-03-2013 à 21h32

    Effectivement l'idée d'un arrêt sur le raccordement est trés interessante.
    pour ma part, je n'ai pas compris pourquoi les deux TGV accrochés au départ de Barcelone pour Toulouse et pour Marseille étaient décrochés à Perpignan.
    Cela utilise deux sillons par deux trains qui se suivent de Perpignan à l'entrée de Narbonne. Les décrocher à quai à Narbonne permettrait de desservir Narbonne et de les séparer en temps marqué, le deuxième conducteur montant dans sa cabine pour conduire vers Toulouse.

  4. commentaire Posté par BHNS.Ouest.Free.Fr, 11-03-2013 à 18h21

    Je suppose que Narbonne est sautée à cause du rebroussement que cela impose.

    Si Narbonne ne veut pas rester sur la touche de cet axe majeur de développement, les décideurs locaux ont intérêts à se bouger pour créer un nouveau point d'arrêt ferroviaire sur la bifurcation vers le sud (chemin du Rec de las Tinos), et mettre en place un train-navette reliant la gare existante à ce nouveau point d'arrêt, en profitant qu'il y a déjà 4 voies dont une qui se dirige justement pile vers l'endroit où ce nouveau point d'arrêt pourrait être créé (en traversant les vestiges d'une rotonde).

    (Enfin en tout cas cette voie est à ce jour présente sur http://goo.gl/maps/OO47J )

    Cela ferait donc un train-navette sur le même principe que Orléans - Les Aubrais, ou Tours - Saint-Pierre-des-Corps, mais plus courte : 1,8 km seulement.

Robert & Gilles CLARACO Fondateurs du portail de l’intermodalité intermodalite.com